Les aliments qui n’aident pas à la digestion

Certains aliments ne sont pas du tout faciles à digérer. Si déjà vous avez des ballonnements ou des gaz, il vaut mieux ne pas les intégrer dans votre régime. Voici une petite liste pour vous aider.

Les aliments qui rendent la digestion difficile

Les aliments suivent un long parcours avant d’être digérés. Ils partent de la bouche, traversent l’œsophage, l’estomac, le foie, et passent dans l’intestin grêle et le colon. Certaines nourritures passent plus de temps que d’autres dans notre système digestif. Cela n’est pas forcément bon pour notre organisme.

Les crudités, des aliments riches en fibres

En quantité raisonnable, les légumes crus sont une riche source de fibres. Mais consommés sans modération, ils sont indigestes. Quand l’organisme ingurgite trop de fibres alimentaires, celles-ci seront mal assimilées. L’estomac ingère plus facilement les légumes cuits que crus. Un repas trop riche en crudités va donc forcer cet organe à fournir plus de sucs gastriques. L’estomac est ici assimilé à une marmite qui accueille le bol alimentaire, formé lors de la première étape de la digestion: il prendra moins de temps à cuire les aliments précuits que ce qui est encore cru.

Les boissons gazeuses, à exclure des repas

L’eau gazeuse serait bénéfique pour la digestion, grâce à ses bicarbonates. Et pourtant, le gaz que contiennent les eaux et boissons gazeuses ne passe pas dans le sang. Il reste dans le tube digestif, plus précisément dans l’estomac. En quantité raisonnable, le gaz absorbé est facilement rejeté par l’estomac. Mais l’ajout de boissons gazeuses dans le menu entraînera plus de gaz à rejeter, d’où des troubles digestifs que sont des ballonnements, des flatulences. Trop boire durant les repas provoque également une dilution des sucs gastriques, donc une diminution de l’acidité de l’estomac et de l’activité de l’acide chlorhydrique naturel qu’il secrète.

Le sucre, mauvais pour la digestion

Le sucre est très prisé par les bactéries de l’appareil digestif. En consommer signifie donc les gaver ! Celles-ci vont la digérer et la sortir sous forme de gaz, donc bonjour les flatulences ! Le sucre va également modifier la flore intestinale. Il la transforme de façon à être propice au développement des mycoses intestinales. Bref, le sucre est en quelque sorte un ennemi de l’intestin.

Les repas épicés, pas bons pour le côlon

Les aliments riches en épices contiennent un composé chimique, la capsaïcine. Cette dernière n’est pas bien digérée par notre corps. Ce sont des aliments à éviter si vous voulez assurer une bonne digestion. Elle passe directement dans le côlon et attend d’être évacuée. Lors de la défécation, la capsaïcine réveille les capteurs de douleurs qui existent au niveau de l’anus. L’effet ressemble à s’y méprendre à ce que la bouche ressent au contact d’aliments épicés. Une sensation intense de brûlure — intense ou non selon la nature des épices consommées — suit alors quand nous allons aux toilettes. La consommation trop importante d’épices est aussi à l’origine du syndrome de côlon irritable. Résultat : des crises d’hémorroïdes ponctuelles.

L’alcool, pas si digestif finalement

Les boissons alcoolisées sont nocives pour la santé en général. Leurs effets sur le tube digestif font qu’ils doivent être bannis de l’alimentation. L’alcool altère l’activité des sucs pancréatiques, secrétés dans le duodénum. Au niveau du foie, l’alcool favorise une production excessive de sucs gastriques. Ces derniers vont augmenter le taux d’acidité dans l’estomac, y entraînant des brûlures ou des inflammations. L’alcool va également rendre les parois du petit intestin irritables et accélérer le transit des aliments. Cela qui va provoquer des diarrhées passagères, qui peuvent devenir aiguës.

Le soja : gare aux douleurs de l’estomac

Aliment riche en protéines et contenant tous les acides aminés essentiels, le soja est quand même un ennemi de la digestion si non fermenté. Il contient des éléments antinutritionnels. Les inhibiteurs de protéase qu’il renferme vont empêcher la bonne digestion de protéines apportées par les repas et fatiguer le pancréas. La consommation de soja non fermenté favorise donc les carences. Il contient également des molécules de glucide qui sont inconnues à l’organisme. Elles ne seront pas éliminées lors de la digestion, mais vont rester intactes. Des crampes d’estomac, des maux de ventre ou des flatulences suivent généralement un repas incluant du soja non fermenté. Et plus il est consommé, plus il va provoquer des inflammations de l’intestin grêle.

Le lait et les produits laitiers, difficiles à digérer

Une nourriture souvent qualifiée de complète est le lait et les produits laitiers. Ces laitagescontiennent autant de protéines que les viandes et peuvent les remplacer. Mais ils ne sont pas toujours supportés par l’organisme, surtout à partir d’un certain âge. À partir de 6 ou 7 ans, les enzymes digestives du lait, appelées lactase, diminuent leur activité. Ce qui explique l’intolérance au lactose. Le lait est alors source de troubles digestifs : diarrhées, gaz, ballonnements, etc.