Masque FFP2, le masque de protection des voies respiratoires

Le masque FFP2

Depuis le mois de décembre 2019, le nombre de cas positifs au coronavirus n’a cessé d’augmenter. Tous les continents sont touchés. En quatre mois, le nombre de victimes a dépassé les trois millions dont moins de 1 % n’ont pas survécu.

Pour freiner, voire maîtriser la propagation du virus, des mesures préventives doivent être prises au quotidien. Parmi eux, on cite le port d’un masque de protection. Le risque de transmission du virus serait réduit à 1,5 % si chaque personne malade ou pas en portait, sachant que si une personne contaminée ne porte pas de masque, ce risque est de 95 %.

Par ailleurs, il faut savoir que le COVID-19 survit jusqu’à 3 heures à l’air libre, d’où la nécessité à porter un masque. Cependant, il en existe différents modèles et il est très important d’en choisir un qui respecte les normes et qui vous protégera efficacement.

 

Privilégier le masque FFP2 pour se protéger et protéger les autres

Le masque FFP2-KN95 est un dispositif se portant au niveau du visage destiné à protéger et à se protéger des projections de particules contaminées à travers la salive. Il en existe différents types. Le grand public connait surtout le masque anti-projection ou masque chirurgical, mais celui-ci est plus adapté à l’usage en milieu hospitalier, par le personnel médical et les patients malades susceptibles de répandre des virus ou bactéries à travers leurs voies respiratoires.

Les masques FFP (Face Filtering Piece) offrent une meilleure protection. Le modèle FFP2 peut filtrer jusqu’à 94 % des particules, affichant un pourcentage de fuite maximum de 8 % vers l’intérieur. Cela offre une protection optimale contre la transmission du COVID-19 par voie aérienne.

Outre le FFP2, il existe deux autres produits équivalents à connaître : les masques KN5 et N95, correspondant respectivement aux normes chinoises et américaines. Ils sont conçus pour capturer 95 % des particules minuscules (0,3 micron pour être plus exact).

 

Comment bien utiliser le masque de protection dans le cadre du déconfinement progressif ?

Face à la propagation alarmante du COVID-19, de nombreux pays – dont la Suisse – ont choisi d’appliquer des mesures de confinement. La population a alors été invitée à rester à la maison et à ne sortir que pour les besoins vitaux et urgents.

Après plusieurs semaines, un déconfinement progressif est entamé à partir du 27 avril 2020. Les Suisses vont alors recommencer à sortir les uns après les autres. Dans ce cadre, des précautions rigoureuses doivent être prises afin d’éviter la contamination.

Il est notamment indispensable de porter un masque de protection, de préférence un masque FFP2 qui protège plus, en comparaison avec un masque simple ou même un masque chirurgical. Cet accessoire doit bien être fixé au visage, sachant que vous pourrez toujours respirer alors que les particules nocives seront mieux filtrées.

A noter que le masque doit être remplacé puis jeté après quelques heures (entre trois et huit heures), en respectant les indications du fabricant. Par ailleurs, son usage doit être couplé avec différentes mesures incontournables de protection : respectant une distance sociale d’au moins un mètre, éternuement ou toux dans le creux du bras, lavage fréquent des mains avec du savon ou un gel hydroalcoolique, désinfection régulière de tous les objets de la maison.