Savez-vous ce qu’est la gynécomastie ?

La gynécomastie est une modification de la poitrine de l’homme due à des troubles hormonaux. La plupart du temps, elle n’est pas due à une maladie particulière et n’est pas très grave, mais certains messieurs en sont gênés. En faisant attention à son corps, le patient peut établir un autodiagnostic.

Manifestations de la gynécomastie

Comme la femme, l’homme possède également des glandes mammaires. La gynécomastie se manifeste par l’augmentation de volume de celles-ci chez l’homme, ce qui favorise la pousse des seins. Généralement, elle affecte les deux côtés, il peut toutefois arriver qu’elle soit asymétrique.

Elle est souvent confondue avec l’adipomastie qui entraîne un gonflement des seins dû à une accumulation de graisse. Si la gynécomastie ne constitue en aucun cas un cancer du sein, elle peut engendrer des kystes et des fibroadénomes si elle n’est pas traitée.

Les différents types de gynécomastie

La gynécomastie normale

Elle survient naturellement et s’estompe toute seule au fil du temps. La gynécomastie normale ou physiologique atteint très fréquemment les bébés, les adolescents en pleine puberté et les quinquagénaires et plus.

La gynécomastie causée par une maladie

Il arrive que la gynécomastie persiste après la puberté. Elle est alors certainement liée à une maladie, mais ne présente toutefois pas de risque sérieux. Son seul inconvénient se trouve au niveau esthétique.

La gynécomastie due à la prise de certains médicaments

Il arrive que la prise de certains médicaments liés aux hormones provoque la gynécomastie. C’est le cas par exemple des amphétamines, des antihypertenseurs, médicaments du système nerveux central… A noter que l’alcool favorise également la pousse des seins chez les hommes.

La gynécomastie sans cause connue

Les hommes âgés en surpoids ou ceux qui sont atteints de maladies causant le mauvais fonctionnement des testicules en sont souvent victimes.

Causes et conséquences

Tout le monde produit des hormones sexuelles : androgènes (masculins) et œstrogènes (féminins). Chez la femme, les œstrogènes sont majoritaires, ce qui entraîne entre autres choses la pousse des seins. Par contre, les androgènes, majoritaires chez l’homme, stoppent ce phénomène.

Mais il arrive qu’à cause de certains facteurs, un déséquilibre hormonal survienne et le taux d’œstrogènes augmente pour surpasser celui des androgènes chez les messieurs. C’est ce qui provoque la gynécomastie.

Généralement, elle n’a pas de conséquences graves sur la santé de l’homme. Toutefois, dans certains cas, elle peut contribuer à la formation de kystes dans les seins du patient.

Dans tous les cas, les méfaits demeurent surtout au niveau esthétique. Après tout, un homme avec des seins, ce n’est pas très commun et le concerné peut se sentir gêné.

Diagnostic et traitement

Chaque patient peut effectuer lui-même le diagnostic de la gynécomastie, en touchant ses seins et en pinçant ses mamelons. Et la plupart du temps, il n’est pas nécessaire de suivre un traitement. Ainsi, il n’est pas obligatoire de consulter un médecin si le phénomène survient chez un bébé ou un adolescent pubère.

Par contre, si la maladie s’étale sur plus de 2 ans chez l’adolescent ou survient chez un homme adulte, il faut aller voir un spécialiste appelé « endocrinologue ». Il examinera sa poitrine, ses testicules, son foie, sa glande thyroïde et pourra lui faire passer d’autres tests (prise de sang, radiographie, mammographie ou échographie).

En général, il faut traiter la gynécomastie assez tôt pour que le traitement fasse effet. D’abord, si le patient consomme des médicaments pouvant entraîner cette maladie, il doit les arrêter. Ensuite, il peut aussi prendre des régulateurs d’hormones pour rétablir le déséquilibre et enfin, en cas de manque d’androgènes il peut directement manger des médicaments à base de testostérones.

Conclusion

Dans la majorité des cas, la gynécomastie n’est pas une maladie grave. Elle est juste gênante pour celui qui en est atteint. Même si elle ne nécessite pas souvent de traitement, certains médicaments peuvent aider à y remédier. Le patient peut également avoir recours à la chirurgie dans le cas le gonflement ne s’est plus dissipé. Dans tous les cas, il est important de demander l’avis d’un médecin.